Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / La vie du labo / Soutenances / Soutenance de thèse: Thibault LORIN

Soutenance de thèse: Thibault LORIN

Quand ? Le 06/07/2018,
de 14:00 à 17:00
Où ? Salle des thèses CRC Monod Campus
S'adresser à
Participants Mme COURTIER-ORGOGOZO Virginie, Directrice de Recherche CNRS, Institut Jacques Monod Rapporteure
M. LAUDET Vincent, Professeur à Sorbonne Université Co-encadrant
Mme MANCEAU Marie, Chargée de Recherche CNRS, Collège de France Examinatrice
M. NEGRUTIU Ioan, Professeur émérite à l'École Normale Supérieure de Lyon Examinateur
Mme RÉTAUX Sylvie, Directrice de Recherche CNRS, Institut des Neurosciences Paris-Saclay Examinatrice
M. ROULIN Alexandre, Professeur à l'Université de Lausanne Rapporteur
M. VOLFF Jean-Nicolas, Professeur à l'École Normale Supérieure de Lyon Directeur de thèse

Évolution des gènes de la pigmentation chez les Vertébrés et développement pigmentaire chez un modèle émergent de poisson corallien, le poisson-clown Amphiprion ocellaris

 Résumé: La couleur est un trait biologique essentiel et très variable qui permet à un organisme d’être adapté à son environnement biotique et abiotique. De multiples gènes influent sur la couleur ; leur évolution a été étudiée ici chez les Vertébrés en lien avec les duplications de génome survenues dans cette lignée. Alors que l'essentiel des gènes sont perdus lors de la rediploïdisation suivant une duplication totale de génome, ces travaux montrent que les gènes de la pigmentation appartiennent à des familles de gènes qui sont en moyenne plus retenues que le reste du génome. Ceci est particulièrement vrai pour les poissons Téléostéens, cette expansion du répertoire de gènes de pigmentation pouvant être en lien avec la grande diversité de cellules pigmentaires et de patrons de pigmentation observés chez ces animaux. Par ailleurs, l’étude de la pigmentation d’un organisme modèle émergent, le poisson-clown Amphiprion ocellaris, a été réalisée dans le cadre de cette thèse. La nature cellulaire de la bande blanche de ce poisson a été déterminée et a permis l’identification d’un nouveau gène présent presque exclusivement chez les poissons Actinoptérygiens, probablement acquis par transfert horizontal, et impliqué dans le développement d’un type de cellules pigmentaires, les iridophores. Enfin, l’acquisition de la pigmentation au cours du développement du poisson-clown A. ocellaris, un poisson corallien au cycle de développement marqué par une métamorphose, a été étudiée en rapport avec la signalisation thyroïdienne, qui joue un rôle majeur au cours du développement des Vertébrés.

Crédit photo: Germain Boussarie.