Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / La vie du labo / Soutenances / Archives / Thèse: Juliana GUTIERREZ

Thèse: Juliana GUTIERREZ

Quand ? Le 28/03/2014,
de 14:00 à 17:00
Où ? Salle des Thèses
S'adresser à
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Le 28 Mars dans la Salle des Thèses (ENS, site Monod) Juliana Gutierrez Mazariegos de l'équipe de Vincent Laudet soutiendra sa thèse intitulée:

 

"Evolution of the retinoic acid receptor"

 

figure_JGM.gif

Résumé

 

L’acide  rétinoïque  (AR)  est  un  morphogène  dérivé  de  la  vitamine  A  qui  contrôle  des processus clés au niveau cellulaire et pendant le développement embryonnaire des chordés. Chez  les  vertébrés  les  principaux  acteurs  de  la  voie  de  signalisation  de  l’AR  sont  les récepteurs de l’acide rétinoïque (RAR) et les récepteurs des x rétinoïdes (RXR). Ces derniers sont des récepteurs nucléaires qui régulent la transcription des gènes en présence de leur ligand, l’AR. L’évolution de RAR est encore très mal connue puisque ce récepteur a été uniquement caractérisé chez les chordés, cependant, des données récentes indiquent qu’il est également présent chez des animaux non-chordés. Suggérant ainsi, que l’origine évolutive de RAR et de la voie de signalisation de l’AR est plus ancienne qu’initialement prévu. Durant ma thèse j’ai pu retracer l’histoire évolutive de ce récepteur depuis son origine chez Urbilateria, l’ancêtre commun de tous les bilatériens, jusqu'à sa diversification, suite aux événements de duplication génomique chez les vertébrés. En caractérisant les RARs d’un annélide, un mollusque et un oursin j’ai démontré que chez l’annélide et l’oursin RAR est activé par l’AR, contrairement au RAR de mollusque qui n’est pas fonctionnel avec l’AR. De plus, des études de transcriptomique menées chez l’annélide ont montré que les gènes régulés par l’AR chez cette espèce sont différents de ceux régulés chez les vertébrés. Ces données permettent donc de s’intéroger sur la fonction ancestrale probable que ce récepteur avait chez Urbilateria. Finalement, la caractérisation moléculaire des RAR de cyclostomes nous a permis d’étudier l’impact des duplications génomiques sur l’évolution de la poche de liaison au ligand. Ainsi, les résultats obtenus pendant ma thèse permettent de mieux comprendre les relations entre le récepteur et son ligand ainsi que de découvrir de nouveaux aspects sur la fonction de RAR face à des ligands non-classiques.