Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / La vie du labo / Soutenances / Soutenance de Thèse : Jérémie VIVIANI

Soutenance de Thèse : Jérémie VIVIANI

Quand ? Le 07/11/2019,
de 10:00 à 14:00
Où ? amphi J
S'adresser à
Téléphone 04 2673 1338
Participants HUYSSEUNE Ann, Professeure, Ghent University, Rapporteure
LECOINTRE Guillaume, Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle, Rapporteur
JANVIER, Philippe, Directeur de Recherche émérite, Muséum National d’Histoire Naturelle, Examinateur
SCHNELL, Nalani, Maître de conférences, Muséum National d’Histoire Naturelle, Examinatrice
GALZIN René, Directeur d’étude émérite, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Co-encadrant
VIRIOT Laurent, Professeur, Université Lyon 1, ENS Lyon, Directeur
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Jérémie VIVIANI de l'équipe de Laurent VIRIOT soutiendra sa thèse le 7 novembre à 10 heures. Elle est intitulée :

"Dynamiques de l'évolution de la denture en rapport avec l'habitat, le comportement et le régime alimentaire chez les poissons perroquets (Scarinae, Labriformes)."

La soutenance se fera en anglais.

Résumé:

   Les poissons-perroquets, séparés en deux tribus les Scarini et les Sparisomatini, se sont diversifiés au sein des Labridae à partir d’ancêtres carnivores. L’un des facteurs essentiels pour expliquer cette diversification est leur exploitation d’une nouvelle niche trophique : les microorganismes. La plupart des Sparisomatini paissent des macroalgues pour y extraire les micro-organismes épiphytiques tandis que les poissons-perroquets brouteurs (tous les Scarini, certains Sparisoma) raclent ou creusent le substrat rocheux pour y récolter les microorganismes épilithiques et endolithiques. Ces changements de comportement alimentaire se sont accompagnés de nombreuses évolutions dentaires avec notamment la présence de plaques dentaires chez les brouteurs mais aussi certains paisseurs. Les phylogénies moléculaires ont contredit le précédent scénario évolutif sur la denture des poissons-perroquets qui stipulait l’apparition progressive de plaques dentaires à partir de dentures à dents non recouvertes d’os (dents libres). Cette thèse se propose de réexaminer l’évolution de la denture chez les poissons-perroquets en se basant sur les progrès phylogénétiques mais aussi techniques (microtomographie 3D), tout en faisant le lien avec leur régime et leur fonction écologique.