You are here: Home / Offers and technologies / Animal models / Non conventional animal models: Tribolium et Parhyale

Non conventional animal models: Tribolium et Parhyale

English version in progress Le tribolium est un scarabée, plus connu en tant que nuisible que comme modèle de laboratoire. On le trouve souvent dans les silos ou les boulangeries où il pose problème, car il se nourrit de farine et de céréales. Sa durée de vie varie de 2 à 5 ans. Il faut près d’un mois pour qu’une larve grandisse et se métamorphose en scarabée adulte.

Qu’est-ce que c’est?

Le tribolium est un scarabée, plus connu en tant que nuisible que comme modèle de laboratoire. On le trouve souvent dans les silos ou les boulangeries où il pose problème, car il se nourrit de farine et de céréales. Sa durée de vie varie de 2 à 5 ans. Il faut près d’un mois pour qu’une larve grandisse et se métamorphose en scarabée adulte. En laboratoire, cet insecte est élevé dans de la farine. Son nom scientifique est Tribolium castaneum.

La parhyale est un crustacé omnivore vivant en eaux marines peu profondes. Elle est détritivore : elle se nourrit de la matière organique contenue dans les détritus et les sédiments. Sa durée de vie varie de 6 à 15 mois, et elle grandit par mues successives. En laboratoire, la parhyale est élevée dans des bacs d’eau salée, et se nourrit d’aliments pour poissons et de morceaux de carotte. Son nom scientifique est Parhyale hawaiensis.

Pourquoi utiliser ces modèles en recherche ?

Les modèles animaux « non conventionnels » permettent de répondre à des questions auxquelles on ne peut pas répondre avec les modèles animaux plus communément utilisés (drosophile, poisson zèbre, etc.).

Le tribolium présente l’avantage intéressant d’avoir un développement embryonnaire de l’avant du corps vers l’arrière. Cet aspect est extrêmement proche de l’humain, ce qui en fait un modèle pertinent et facile à étudier.

La parhyale possède le rare avantage de pouvoir régénérer ses membres (pattes et antennes) si on les coupe.

Pour quoi faire ?

A l’IGFL, nous utilisons les modèles non conventionnels pour :

  • Etudier la phase d’élongation de l’embryon (tribolium).
  • Comprendre comment fonctionne le phénomène de régénération des membres (parhyale).